Coeur de pirate : une québécoise nous fait entrer dans son jardin secret

Cœur de pirate ? Étrange nom de scène pour une post-adolescente toute mignonne et toute fluette. Bien loin du look « bandana dans les cheveux, boucle d’oreille », Béatrice Martin est certes jolie comme un cœur, mais le rapport avec Jack Sparrow ou Long John Silver ne saute pas immédiatement aux yeux. Jeune talent précoce lancé par Internet, Cœur de pirate n’a pas attendu d’avoir vingt ans pour sortir son premier album… avec toute la spontanéité, mais aussi les défauts d’un premier Jet précocement composé.

Née en 1988 au Québec, Béatrice Martin commence dès l’âge de trois ans l’apprentissage du piano. Si elle confesse elle-même avoir baigné depuis son tout jeune âge dans une ambiance musicale, les références parentales ne sont pourtant pas vraiment à l’origine de ses aspirations artistiques.

À 14 ans, la jeune fille, en pleine crise d’adolescence, abandonne le piano, instrument par trop « bourgeois » et conventionnel pour se jeter à corps perdu dans l’écriture de ses propres textes pleins d’angoisse adolescente, de frustration et d’une rage typique de cette période de la vie. Peut-être est-ce à ce moment que la jeune fille s’imagine pirate ? Reste que la crise ne dure guère plus que le temps de l’acné et dès l’année suivante, Béatrice Martin se remet studieusement au piano, se produisant occasionnellement sur quelques scènes locales, en compagnie d’un groupe de rock local, Bonjour Brumaire. En bonne québécoise qu’elle est, la future boucanière de la chanson privilégie bien entendu l’usage du français sur l’anglo-yankee. Plus tard, elle publiera sur MySpace ses premiers titres.

En 2007, repérée par l’énorme buzz que génère le nombre de visites sur sa page MySpace ou sur le site de partage communautaire Youtube, elle est contactée par un label québécois, la Grosse Boîte qui accepte de la prendre sous son aile.

Souque ferme, moussaillonne
Quittant Bonjour Brumaire pour les besoins de sa propre carrière, la jeune fille passe en première partie de Benjamin Biolay aux Francofolies de Montréal en 2007. La presse salue la performance même si l’honnêteté pousse à avouer que si certains de ses textes sont travaillés et pleins d’humour, d’autres cèdent un peu à la facilité, voire au sentimentalisme simpliste, pour ne pas dire gentiment nunuche.

Qu’importe, l’artiste est encore jeune et, en 2009, sort son premier album studio, intitulé fort justement Cœur de Pirate. S’il n’est pas exempt de défauts, ce premier disque est une introduction à l’univers musical et personnel de la jeune québécoise. Ses chansons, inspirés de son adolescence et de son entourage, nous évoquent son meilleure amie, « Francis« , ou un homme qui l’a fait tant souffrir, « C’était salement romantique » et « Ensemble« . Un album frais, qui nous plonge dans nos plus grand et tendre souvenirs…

Source : DEEZER – Copyright 2010 Music Story Benjamin D’Alguerre

Publicités
Cet article a été publié dans Musique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Coeur de pirate : une québécoise nous fait entrer dans son jardin secret

  1. ThierryS dit :

    Bravo à Fanny ! pour son 1er article sur le Blog !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s