Assassin’s Creed : Brotherhood : la preview

Comment faire renouveler une série qui commence déjà à tourner en rond en à peine deux épisodes ? Réponse simple de la part d’Ubisoft : rajouter toujours plus d’assassins pour aider le joueur. Car dans Brotherhood, Ezio n’est plus seul pour combattre ses ennemis. Nous avons vu tourner le jeu, et voici notre avis quand à cette demi suite d’Assassin’s Creed II.

Les vacances sont déjà finies. Du moins pour Ezio Auditore c’est le cas. Après avoir triomphé des templiers, il ne peut même pas se reposer tranquillement dans la villa du clan Auditore. A peine arrivé sur place, Cesare Borgia envoie une véritable petite armée rien que pour tuer notre héros. Et quand on dit petite armée, ce n’est pas pour rigoler. Il faut compter des centaines de soldats, des tours d’assaut et même des catapultes. Mais Ezio et sa famille ne comptent pas se laisser prendre au piège sans riposter. Et ils ne font pas ça à moitié, puisque le joueur prend alors le contrôle d’un canon sur la muraille. Pas de quoi repousser l’assaut mais assez puissant pour ralentir les forces ennemies et aider les civiles présents dans la villa à s’enfuir.

L’inévitable fini par arriver et les vils Borgia arrivent à franchir les murs de protection. Après les coups de canons, Ezio nous dévoile ses nouvelles techniques de combat. Il est maintenant possible de voler l’arme d’un soldat, comme par exemple son énorme hache, pour ensuite la balancer de toutes nos forces sur un de ses camarades. Toujours dans les nouvelles possibilités, notre héros dispose d’un Gunblade. Au lieu de sa lame cachée et accrochée à son poignet, c’est un mini pistolet qui est sanglé au bras selon le même système. On vous laisse imaginer tous les combos bien bourrins que l’on peut faire : enchaîner les kills, un coup à l’épée, un autre au pistolet, un autre coup épée et on fini à la hache.

Les combats sont désormais bien plus dynamiques et plus corsés pour notre plus grand bonheur. Dans les deux précédents Assassin’s Creed, les combats faisaient partie des points faibles, car ils étaient beaucoup trop faciles. La faute à une intelligence artificielle pas combative pour un sou. D’après ce que l’on a pu voir BrotherHood résout ce problème puisque les adversaires n’hésitent dorénavant plus à vous attaquer dans votre dos, alors que vous tabassiez tranquillement l’un de leurs camarades. La difficulté du soft reste très basse, mais au moins le challenge reste un tant soit peu présent.

Société d’assassins professionnels Ezio and co
Si ce premier niveau laisse un avant goût d’Assassin’s Creed version 2.1, la suite change la donne. Après la chute de sa villa familliale, Ezio Auditore décide de se venger et pour cela voyage à Rome, ville aux mains de la famille Borgia. Mais notre héros se rend bien vite compte qu’il n’arrivera à rien s’il reste seul et décide donc de fonder sa propre confrérie d’assassins. Et rien de mieux pour cela que de recruter des citoyens qui ne portent pas Cesare Borgia dans leur coeur. Plus Ezio recrutera d’acolytes plus il pourra se venger facilement grâce au Brotherhood Assistance Move, ou BAM pour les intimes. D’une pression d’un bouton vos camarades débarquent pour vous aider.

Admettons que vous êtes en train de vous la jouer infiltration sur un toit et qu’un garde vous repère depuis la foule en contrebas. Vous appuyez tranquillement sur votre touche, Ezio fait un signe de la main, et là…BAM ! Un de vos camarades sort de la foule et réduit au silence le garde d’un coup de lame bien placée avant de retourner se cacher parmi les badauds. Ou alors imaginez qu’une patrouille de soldats fasse blocus dans une des rues de la ville. Il suffit de répéter la manœuvre. Appuyez, signe de main de la part d’Ezio et…BAM ! Des flèches tombent de nul part et transpercent la patrouille.

Vos acolytes deviennent ainsi le tout nouveau joker dans le jeu de carte mortel qu’est votre arsenal de parfait petit assassin. Et ce joker il va falloir en prendre soin en l’améliorant. Chacun de vos disciples va gagner des points de compétence que vous pourrez distribuer à votre gré. Et si vous souhaitez leur apprendre de nouvelles capacités comme l’assassinat à coup de poison, il faut les envoyer en mission secrète à l’étranger. Un peu comme le faisait le KGB durant la guerre froide, Ezio envoie ses hommes un peu partout en Europe du Danemark au Portugal en passant par la France pour remplir diverses missions d’assassinat. Seulement, il ne faut pas perdre à l’esprit que si le disciple meurt ou se fait prendre lors de sa mission, vous le perdez pour de bon et il vous faudra en recruter de nouveaux.

Nul doute que ce nouvel opus de la saga Assassin’s Creed comblera les fans avec toutes les nouvelles possibilités tactiques mises à leur disposition. Reste à savoir si ce Brotherhood se placera comme un simple add-on, ou s’il tendra à s’affirmer comme un épisode à part entière de la série. Mais pour cela il faudra attendre d’en voir plus sur le jeu. Car comme toujours avec Ubisoft, on est fixé sur la qualité du jeu qu’une fois celui-ci en magasin.

Source : Excessif.com
Diaporama : Excessif – Photos
Fiche du jeu : JeuxVidéo.com

Le très attendu Assassin’s Creed : Brotherhood se verra offrir une édition spéciale comprenant un certain nombre de bonus par rapport à l’édition standard, y compris un personnage multijoueur exclusif : L’ «agent». Avec son uniforme sombre, il pourra facilement de dissimuler dans l’ombre , espionner ses ennemis, se faufiler derrière sa victime et lui asséner un coup unique ,puissant et suffisant pour l‘achever !

Trois éditions seront disponibles dès la sortie d’ Assassin’s Creed: Brotherhood. Outre l’édition standard, on trouvera l’édition spéciale et l’édition Codex Limited. UbiSoft n’a pas encore dévoilé les autres contenus ni les packagings de ces éditions spéciales.

Le jeu est attendu pour le 18 novembre.

Publicités
Cet article a été publié dans Jeux Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s