Comment surmonter ses complexes ?

Pas toujours évident de trouver sa place quand on est mal dans sa peau. Que ce soit physique ou psychologique, on a toutes quelque chose qu’on aimerait gommer pour être au top de soi-même. Seulement voilà, les complexes, c’est souvent dans la tête, et ils nous gâchent la vie. Et si, au lieu de s’apitoyer sur son sort, on apprenait à vivre avec ?

« Ouh la la, j’ai rendez-vous avec Nicolas, et je ne sais pas comment je vais faire pour cacher ma patate qui me sert de nez ! Et s’il le remarquait et ne me trouvait plus si jolie que ça ? » Les complexes sont souvent physiques. Pourquoi ils sont là ? Sûrement à cause des réflexions et vannes qu’on a pu entendre durant notre scolarité, de la pure méchanceté gratuite ! Puis quand on entend les garçons baver devant telle actrice ou les filles sur tel chanteur qui sont plutôt bien gâtés par la nature, on ne se sent pas non plus à la hauteur. Le piège ? Essayer de ressembler à ces stars. Il ne faut pas oublier que chacun est comme il est, avec ses qualités et ses défauts. Certes Megan Fox est parfaite, mais si ça se trouve, elle est insupportable à vivre, et c’est d’ailleurs ce que disent les réalisateurs : elle serait très capricieuse ! Alors que nous, on est adorable ! Et toc, dans les dents Megan !

Conseils pour les complexes physiques
Nombreuses sont les petites imperfections : des grosses cuisses, des oreilles décollées, des boutons qui nous font la guerre, un strabisme… On trouvera toujours quelque chose à redire sur notre physique. Même la personne que l’on trouve parfaite nous confiera un jour : «j’suis trop ceci, jsuis pas assez ça, jsuis très complexé(e)». Sauf que nous, on lui rigole au nez parce qu’on n’a jamais rien remarqué, et qu’on est jaloux … Mais peu importe, puisque les complexes sont dans la tête !

Si notre défaut se trouve sur le visage, que ce soit un front aussi grand que le plus gros plasma de chez Darty, ou un nez à la Cyrano de Bergerac, il est possible d’aller voir un visagiste que saura nous conseiller une coiffure qui atténuera les traits de visage qui nous embêtent ! Dans un cas plus extrême, il y a également la chirurgie esthétique, mais ce sera dans un futur plus lointain, quand notre corps sera formé et que notre croissance sera terminée. « A 14 ans, j’étais très complexée par ma petite poitrine, et le jour où j’ai pris la pilule à 18 ans, mes seins se sont mis à tripler de volume ! Et dire que j’étais prête à me faire opérer ! » Cécile, 22 ans. Comme quoi, la nature est parfois bien faite !
Il faut savoir se prendre en main : on ne peut pas se plaindre d’être un peu rondouillette et manger dans un fast-food tous les jours. Un peu de sport et une baisse de fréquence dans ces restaurants et hop ! On se sent déjà mieux dans sa peau.
Tu es trop dur avec toi ? On peut se confier à nos meilleur(e)s ami(e)s sur nos complexes. On verra d’ailleurs qu’en abordant le sujet, notre interlocuteur va lui aussi s’ouvrir, et nous livrer ce qui lui gâche la vie : ses bras trop poilus ! Et nous qui n’avions même pas vu quoique ce soit… On se rend compte que ça marche aussi pour nous : ce qui nous complexe, personne ne le voit sauf nous !

Conseils pour les complexes sociaux
« Charlotte, c’est quoi la capitale de la Colombie ? » Euh … Bah voilà ! Le fait de n’avoir jamais appris une leçon en histoire-géo nous retombe dessus au Trivial Poursuit lors d’un déjeuner familial. La honte ! Le fait de ne pas avoir de culture générale est souvent un complexe, mais on peut trouver une solution : s’instruire. Oui mais voilà, la politique et nous, ça fait 42, et on n’arrive pas à s’y intéresser… Rien n’est impossible, il suffit d’ouvrir les bons bouquins, pourquoi pas la culture générale pour les nuls ? ou JeSuisCultivé.com ? Puis nous avons d’autres qualités : on est rigolo, on est gentille et ça, ça vaut de l’or !
Si le complexe est social, il est déjà un peu plus difficile d’y remédier, mais toujours pas impossible. On a un manque cruel de confiance en soi ? La première chose est déjà de trouver la source, d’où nous vient ce problème ? Est-ce que quelqu’un nous a rabaissé à un moment donné ? Une rupture difficile ? Un décès proche qui nous a fermé comme une huitre ?
La confiance en soi, c’est tout un art, ça s’apprend. Quand on nous pose une question lors d’une soirée, on la retourne à celui nous l’a posé, on s’intéresse, on écoute. La discrétion a tout autant de charme, on l’oublie trop souvent. Dans ce cas de figure encore, il est important de bien s’entourer, et pas forcément de cops qui vont nous faire faire des trucs de fous, mais d’ami(e)s plutôt à l’aise qui sont au courant que nous ne le sommes pas. Se confier est très important.

A éviter quelque soit le complexe ? Surjouer.
C’est très embêtant pour les autres, et ça ne nous fait même pas du bien. Beaucoup de gens cachent leurs complexes par l’humour, et c’est pas mal si ce n’est pas lourd. « Là tu te dis que j’ai un grand nez, mais c’est pour mieux respirer mon enfant ! »… La personne en face n’avait même pas fait attention à notre nez qu’on est déjà en train de s’auto-vanner pour anticiper une éventuelle remarque. Et au lieu de rester focalisé sur nos complexes, si on faisait l’inventaire de ce qu’on aime chez nous pour mieux les mettre en valeur ?!

Source : Ados.fr

Publicités
Cet article a été publié dans Santé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s