20 métiers d’avenir

L’évolution des besoins de la société et l’apparition de certaines contraintes légales ont favorisé l’éclosion de nouvelles fonctions au sein des entreprises. Celles-ci doivent s’adapter à un environnement en perpétuelle mutation, elles recherchent donc sans cesse de nouvelles compétences. Le Grenelle de l’environnement, l’apparition d’une crise financière ou le rôle croissant joué par Internet dans les stratégies d’entreprises sont autant de facteurs déclenchant l’émergence de nouvelles fonctions.
Qu’il s’agisse de l’apparition de professions nouvelles ou de l’évolution de fonctions plus traditionnelles, le Journal du Net a sélectionné 20 profils issus du « Guides des nouveaux métiers » du cabinet de recrutement Michael Page.

Responsable achat en développement durable
Rechercher des ressources plus économes en énergie ou trouver des produits éco-responsables sans pour autant oublier des impératifs économiques de son entreprise, telle est la mission du responsable achats en développement durable. Cette fonction transversale est généralement occupée par des acheteurs issus de filières généralistes mais elle peut aussi l’être par des profils plus techniques lorsque les problématiques sont particulièrement complexes. Cet acheteur atypique doit réussir à concilier son pragmatisme et son sens des affaires avec la vision qui doit animer tout acteur du développement durable.
Avec l’émergence des facteurs sociaux et environnementaux, les sociétés qui communiquent beaucoup sur leur politique d’achat sont les principales pourvoyeuses de ce poste.
Rémunération
Selon expérience : 50-80 K€

Responsable du revenu dans l’hôtellerie
Véritable crack des chiffres, le responsable du revenu (yield manager) est en passe de devenir un acteur majeur des politiques commerciales des structures hôtelières. Il doit jongler entre les prix des chambres et leur taux de fréquentation pour établir une grille tarifaire qui optimise le chiffre d’affaires.
Il doit aussi faire preuve d’une capacité d’analyse mais aussi maitriser les logiciels hôteliers qui lui permettent d’établir ses recommandations. Négocier, anticiper et organiser constituent les missions qu’il doit mener à bien quotidiennement. « L’expertise technique et opérationnelle du yield manager est de plus en plus recherchée dans un secteur hôtelier en forte structuration, accordant aux candidats une position très favorable sur le marché de l’emploi », note le cabinet Michael Page.
Rémunération
Dans les 3 à 4 étoiles : 32-45 K€
Dans les 4 étoiles et palaces : 36-52 K€

Responsable de la diversité
Adossée à la direction des ressources humaines, la fonction de responsable de la diversité se développe avec l’essor des contraintes légales et des préoccupations sociales qui entourent les thèmes de la diversité et de l’égalité des chances. La diversité concerne aussi bien la problématiques des seniors que l’origine sociale ou géographique des salariés.
Depuis la définition d’une politique d’entreprise au pilotage des formations sur ces sujets, le responsable de la diversité doit savoir sensibiliser ses interlocuteurs sur l’émergence de disparités au sein du monde de l’entreprise. Si un diplôme supérieur en ressources humaines peut constituer un sésame, c’est avant tout la connaissance approfondie de l’entreprise qui prime pour occuper ce poste-clé.
Rémunération
5 ans : 45-55 K€
10 ans : 55-70 K€
10 ans et plus : Plus de 75 K€

Responsable référencement SEO / SEM
Le référenceur a pour mission de faire remonter les pages du site dans les résultats des moteurs de recherches sur un mot ou une expression clé. Une activité primordiale car elle est susceptible d’augmenter de façon significative le trafic vers le site Internet. On distingue le référencement naturel (SEO) du référencement payant (SEM).
S’il n’existe pas de formation dédiée, la plupart des référenceurs sont issus de filières techniques telles que des développeurs ou programmeurs. Ce bagage technique est indispensable afin de décrypter au mieux le fonctionnement des algorithmes des moteurs de recherche. La fonction s’est fortement développée ces dernières années, l’expertise requise est devenue de plus en plus fine et les profils les plus talentueux sont devenus de véritables stars dans leur domaine.
Rémunération :
Chef de projet : 35-40 K€
Responsable référencement : 38-50 K€

Actuaire Vie / IARD
Fonction émergente au sein des compagnies d’assurance, l’actuaire Vie / IARD (incendies, accidents et risques divers) intervient en amont de la conception des contrats pour établir la tarification des risques. Il applique les mathématiques aux problèmes financiers afin d’analyser, modéliser puis gérer les conséquences financières découlant d’évènements incertains.
Féru de statistiques, il doit avoir le sens du chiffre mais aussi des capacités de synthèse aiguisées. Des formations diplômantes pour obtenir le titre de membre associé existent. Relativement méconnue en France, cette fonction est cependant en plein essor avec le développement du marché de l’assurance aux particuliers.
Rémunération :
De 1 à 5 ans : 34-59 K€
5 ans et plus : 46-105 K€

Consultant en développement durable
Les métiers en lien avec l’environnement explosent depuis quelques années et le conseil n’échappe pas à la règle. En témoigne l’essor du métier de consultant en développement durable. Selon les besoins de l’entreprise qui fait appel à lui, sa mission peut être aussi bien générale, par exemple lors de la mise en place d’une stratégie de développement durable, que spécifique comme dans le cas d’une évaluation de la gestion des déchets ou des dépenses énergétiques.
Il doit conjuguer un goût prononcé pour les défis environnementaux avec une capacité d’analyse et une aisance relationnelle indispensables à tout bon consultant. Même si la voie royale reste l’école d’ingénieur, de plus en plus de profils issus d’écoles de commerce ou de l’université apparaissent.
Rémunération :
De 1 à 3 ans : 32-45 K€
De 4 à 6 ans : 44-60 K€
7 ans et plus : Plus de 62 K€

Chargé d’affaires en restructuration de dette
La crise financière est passée par là. Les crédits aux entreprises se sont raréfiés et nombre d’entre elles se sont retrouvées dans l’incapacité de tenir leurs engagements financiers. En conséquence les banques ont développé des activités de restructuration de dette. Elles consistent à restructurer tout ou partie du passif de l’entreprise en renégociant notamment les conditions de remboursements auprès des différents créanciers.
Le métier de chargé en restructuration de dette nécessite un solide bagage en finance d’entreprise. Les diplômés des grandes écoles de commerce ou d’ingénieurs sont donc très logiquement les profils les plus demandés au sein d’un « métier qui a le vent en poupe depuis un ou deux ans » explique le cabinet Michael Page.
Rémunération :
Selon expérience : 80-100 K€

Community manager
Le community manager est chargé d’intervenir de manière proactive ou réactive sur les médias sociaux pour promouvoir et défendre la réputation d’une marque. Il doit fédérer et fidéliser les internautes à travers des communautés dédiées au centre d’intérêt qu’ils partagent. Outre une excellente maitrise des outils marketing du web 2.0, le community manager est très doué en communication online, là où l’écoute et l’interaction avec le client sont primordiales.
Les formations marketing et communication sont les plus courantes mais la connaissance de la blogosphère et de l’environnement de la marque sont aussi des atouts qui ouvrent des portes aux autodidactes. Ce métier est devenu stratégique à mesure que les entreprises ont pris conscience de l’ampleur prise par Internet dans leur relation avec le consommateur.
Rémunération :
De 1 à 3 ans : 30-40 K€
De 3 à 7 ans : 40-65 K€

Chef de projet énergies nouvelles
Depuis quelques années, les projets touchant aux énergies renouvelables se développent. « Orientée auparavant sur le secteur de l’éolien, cette chasse des talents se concentre désormais sur le secteur du solaire et du photovoltaïque », a constaté le cabinet Michael Page. Depuis la prospection de zones potentielles d’installation des équipements au pilotage de la construction et de l’exploitation, les missions du chef de projet énergies nouvelles sont variées.
Quiconque veut prétendre à une telle fonction devra néanmoins justifier d’une solide connaissance des acteurs des différentes filières et avoir déjà mené un projet d’une telle envergure de A à Z.
Rémunération :
Débutant : 30-40 K€
5 ans : 45-55 K€
10 ans et plus : 60-70 K€

Fundraiser
Le fundraiser va prendre en charge la collecte de fonds destinés à l’association ou l’organisme public ou privé pour lequel il travaille. Alors que la concurrence dans cette recherche de financements s’exacerbe, cette fonction, autrefois réservée aux bénévoles ou stagiaires, s’est considérablement professionnalisée. Au carrefour des influenceurs et communicants, le fundraiser doit maitriser les outils du marketing direct et du réseautage afin de parvenir à ses fins : convaincre des mécènes. Pour cela, il va préparer les campagnes de collecte, mettre en place des outils de communication auprès des donateurs et superviser la réalisation des manifestations associées. Les profils type Sciences Po ou école de commerce sont les principaux pourvoyeurs de candidats.
Rémunération :
De 1 à 5 ans : 30-45 K€
5 ans et plus : 45-65 K€

Chef de projet sites et sols pollués
Ce chef de projet va apporter son expertise en pollution des sites afin de sécuriser les transactions foncières de l’entreprise. En amont des acquisitions, il mène les premières expertises. Dans le cadre des travaux qu’il pilote, il contrôle aussi le respect du cahier des charges.
Une expérience conséquente dans un bureau d’étude spécialisé sur l’environnement est indispensable tout comme la maîtrise de la méthodologie relative à la gestion et au réaménagement des sites pollués. « Compte tenu de la politique de grands projets développée au niveau national par le gouvernement, il est certain que les candidats dotés de compétences en « due diligence » seront prisés dans les années qui viennent », estime le cabinet Michael Page.
Rémunération :
De 7 à 15 ans : 40-65 K€
15 ans et plus : 60-85 K€

Responsable conformité et contrôle interne
Autre conséquence de la crise financière, nombre de sociétés de gestion ont été contraintes par l’AMF de recruter un responsable conformité et contrôle interne (RCCI). « Ces profils sont recherchés et l’inflation des prix se fait donc ressentir » estime le cabinet Michael Page qui évoque 15% d’augmentation en 1 an.
Doté d’un sens du relationnel et de qualités pédagogiques, cet expert veille au respect des règles de bonnes conduites édictées pour les sociétés de gestion en contrôlant, prévenant, conseillant et formant ses collègues. Un tel poste n’est néanmoins ouvert qu’à des candidats disposant d’une expérience d’au moins 10 ans dans une activité d’audit ou de contrôle. Issu du sérail des écoles de gestion, le RCCI est à la fois doté de compétences financières et juridiques.
Rémunération :
Selon expérience : 60-80 K€

Merchandiser
Une conséquence directe de la globalisation qui a touché le secteur de la distribution est l’essor d’enseignes présentes en Europe et à l’international. Celles-ci ont dû recruter des merchandisers afin de mieux maitriser et orienter leurs ventes mais aussi de décliner leur identité visuelle dans tous les points de vente.
De formation commerciale, le merchandiser, souvent sur le terrain, doit prévoir la demande et les ventes, ajuster les assortiments, optimiser les stocks et mettre à jour ses budgets. Cette fonction multi-casquette implique donc une certaine polyvalence doublée d’un sens du relationnel. Des qualités que les recruteurs retrouvent chez les diplômés d’écoles de commerce ou chez les titulaires d’un diplôme supérieur en management commercial.
Rémunération :
Selon expérience : 32-55

Chef de projet haute qualité environnementale
Les nouvelles contraintes environnementales exigées par les réglementations ont contribué à la popularisation de la fonction de chef de projet haute qualité environnementale (HQE).
Issu du sérail des écoles d’ingénieurs, ce cadre intervient principalement en amont des projets, en définissant les objectifs énergétiques et environnementaux. Il réalise des simulations thermiques, des audits énergétiques et des études de faisabilité dans le cadre de missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage. Il existe pour l’instant très peu de formations initiales consacrées à cette fonction. C’est donc aussi grâce à son expérience professionnelle que le candidat doit acquérir la capacité de vulgariser l’information et prendre en main des projets de A à Z.
Rémunération :
De 7 à 15 ans : 45-65 K€
15 ans et plus : 55-95 K€

Responsable des contrats de service
« Le recours massif à l’externalisation dans les entreprises les conduit à multiplier les contrats de sous-traitance avec différents prestataires de service », note le cabinet Michael Page. Elles rencontrent du coup des difficultés à avoir une totale mainmise sur ces contrats. En charge du suivi de la totalité des contrats, le responsable des contrat de service va insuffler la vision d’ensemble qui permettra la mise en place d’une bonne politique de sous-traitance.
Au carrefour de l’achat, du juridique et du système d’information, la fonction réclame une bonne capacité d’analyse et de négociation. Les écoles d’ingénieurs et les masters en informatique constituent une voie toute indiquée.
Rémunération :
Selon expérience : 65-80 K€

Responsable gouvernance Internet
L’émergence du poste de responsable gouvernance Internet témoigne de l’importance grandissante que prend ce nouveau média dans les préoccupations de l’entreprise. Une unité de gouvernance Internet regroupe ainsi parfois plusieurs services. Protection des noms de domaines, préservation de l’image de l’entreprise et prévention de la cyber-criminalité sont autant de missions qui peuvent concerner le responsable gouvernance Internet.
Outre une forte culture Internet, celui-ci doit nécessairement faire preuve d’une maîtrise des enjeux techniques mais aussi juridiques pour pouvoir optimiser l’image et la visibilité de l’entreprise. Les expériences en agence web ou au sein d’une direction Internet sont fortement prisées.
Rémunération :
Selon expérience : 60-75 K€

Expert bilan carbone
Comme son nom l’indique, l’expert bilan carbone est en charge de la globalité des projets bilan carbone, depuis la prospection des entreprises auxquelles il propose ses services à leur accompagnement au cours du processus.
De solides compétences techniques en matière de diagnostic énergétique sont bien évidemment requises mais elles ne suffisent pas. Cet expert doit aussi être doté d’un certain sens commercial et d’une autonomie indispensable à ce tout jeune métier. Le cabinet Michael Page note d’ailleurs que « ceux qui sauront acquérir une solide expérience dans ce domaine d’expertise seront certainement recherchés dans les années à venir. »
Rémunération :
Selon expérience : 35-50 K€

Business developer dans les biotechnologies
« Compte tenu des tendances dans les biotechnologies, mais également de la volonté des grands laboratoires d’exploiter au mieux leur portefeuille, la fonction de business developer est en vogue », analyse le cabinet Michael Page. Au cœur du développement de l’activité de la société, il a en charge d’un portefeuille de clients qu’il devra élargir et fidéliser.
Si la prospection et le terrain occupent une grande partie de son emploi du temps, le business developer intervient aussi en amont en effectuant une veille technologique et concurrentielle qui lui permet de déterminer l’offre la mieux adaptée. Les profils idoines sont issus d’un cursus scientifique complété par une formation commerciale.
Rémunération :
De 3 à 5 ans : 45-55 K€
De 6 à 10 ans : 60-75 K€
11 ans et plus : 80-120 K€

Ingénieur efficacité énergétique des bâtiments
Sous la pression de réglementations thermiques de plus en plus contraignantes, les stratégies d’optimisation et de performance énergétiques deviennent cruciales dans le secteur du BTP.
Au sein de cabinets de conseil, d’entreprises générales ou de bureaux de contrôle technique, l’ingénieur efficacité énergétique va non seulement effectuer des audits mais aussi mettre en place des missions d’optimisation et de suivi énergétique des bâtiments. Si la maîtrise d’outils de simulations thermiques (Trnsys, Pleiade, etc.) est indispensable, la rigueur et la créativité n’en restent pas moins des qualités plébiscitées chez cet expert. Autant de compétences qui font que « l’ingénieur efficacité énergétique sera sans conteste l’un des postes stratégiques de demain », parie Michael Page.
Rémunération :
De 7 à 15 ans : 45-55 K€
15 ans et plus : 55-75 K€

Responsable qualité siège dans la pharmacie
La fonction de responsable qualité siège a été légitimée par la densification de la règlementation dans les milieux pharmaceutiques. Les grands groupes ont trouvé un intérêt certain à recourir à ces ayatollahs de la qualité.
De nature rigoureuse, ceux-ci doivent non seulement connaitre les référentiels qualités de l’industrie du médicament mais aussi être capables de les imposer au sein de leur entreprise. Une tâche parfois contraignante qui demande un bon sens du relationnel. Les profils susceptibles d’occuper de tels postes sont des pharmaciens ou des ingénieurs ayant complété leur cursus par une spécialisation en assurance qualité. La connaissance de l’industrie pharmaceutique reste toutefois indispensable.
Rémunération :
Selon expérience : 40-70 K€

Source : Journal du Net
Pour approfondir :
Orientation & Formation
Les métiers de demain
Onisep
Studya
Miser sur l’Avenir
L’Etudiant

Publicités
Cet article a été publié dans Job. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s