Star Wars: Le pouvoir de la Force II – Nos impressions

Starkiller l’apprenti secret de Dark Vador est de retour dans Star Wars : The Force Unleashed 2. A l’occasion du press tour de Lucas Arts, nous avons pu nous essayer au jeu. Voici notre avis sur le jeu Star Wars le plus bourrin de toute la licence.

Sorti en 2008, Star Wars : The Force Unleashed proposait une aventure inédite dans la licence de Georges Lucas, puisque l’on y incarnait l’apprenti de Dark Vador dans un jeu d’action à la 3ème personne. Sa suite, The Force Unleashed 2 a été présentée en version jouable lors du press tour de Lucas Arts. Ayant eu la chance d’y être invité, nous avons pu nous essayer au massacre de Stormtroopers à coup de sabres lasers. Petit tour d’horizon de ce Star Wars rempli à ras bord d’actions et de combats.

L’histoire de Force Unleashed 2 commence six mois après la fin du premier épisode. Par une pirouette scénaristique, les développeurs font revenir vie le personnage de Starkiller, l’apprenti secret de Dark Vador. Ce dernier a passé ces quelques mois à tenter de cloner avec succès son disciple mort pour créer le soldat sith ultime. C’est justement de l’un de ses clones que le joueur incarne dans ce second épisode.

Ce Starkiller de seconde génération a été créé sur Kamino, la planête-océan où ont également été élevé les Clone Troopers. Seulement Starkiller-bis dispose d’une partie de la mémoire du premier Starkiller, et se rappelle comment Vador l’a trahit puis tué. Notre héros décide alors de s’échapper de Kamino en sautant du haut d’une des tours. L’occasion pour nous de prendre en main le personnage alors qu’il est en chute libre le long de la tour et qu’une tempête d’une rare violence fait rage. Il faudra faire usage de tous les pouvoirs de Starkiller pour arriver en bas vivant entre les éclairs qui frappent les parois et les TIE-fighters qui vous tirent dessus.

Une fois arrivé au sol, la première chose qui nous frappe sont les effets d’eaux. Avec le violent orage qui règne au dehors, les vitres sont recouvertes d’eau ruisselante d’un réalisme saisissant. Le reste des décors n’est pas en reste, et on a réellement l’impression d’être sur Kamino, pourchassé par des hordes de Stormtroopers hargneux.

Starkiller doit réussir a trouver un vaisseau sur l’une des aires de lancement s’il veut pouvoir s’échapper et retrouver Juno Eclipse, la femme dont il était amoureux et en apprendre un peu plus sur sa réelle identité. Pour cela, il va traverser un long niveau qui le fera courir dans des couloirs, dans des cours et même sur des rampes suspendues au dessus du vide. Seul regret les textures restent assez répétitives et on l’impression de constamment visiter les mêmes endroits.

Un effet de répétition accentué par le fait que les ennemis ne sont pas très diversifiés, puisqu’il y en qu’une poignée de différent. Il y a le Stormtrooper de base bien sur, mais aussi des trooper avec jetpack, d’autres avec des lances, et d’énormes robots disposant d’un bouclier et d’un canon à glace. C’est assez peu, surtout lorsque l’on sait qu’on les retrouvera tout au long du jeu par la suite. Un peu de diversité n’aurais pas fait de mal.

A contrario la palette de coups de Starkiller a elle subit quelques ajouts. Déjà, notre héros dispose de deux sabres lasers au lieu d’un seul, ce qui permet parfois de frapper deux ennemis à la fois. Pratique lorsque l’on est encerclé. Les différents combos sont toujours impressionnants, et il est bien jouissif de charger les sabres avec de l’électricité issue de la force pour ensuite doubler les dégâts que subissent les adversaires. Autre nouveauté, non seulement les impacts de vos sabres sont modélisés sur les ennemis, mais en plus il est devenu possible de les démembrer. Ne vous attendez pas non plus à du God of War bien gore, puisqu’ici seule la tête, le bras et le pied peuvent être élaguer.Mais cela ajoute un peu de dynanisme aux combats, et rajoute un côté violent qui colle bien à Starkiller.

Ce côté God of War-esque se retrouve tout le long du niveau que nous avons pu testé. Encore les placements de la caméra, les boss titanesques, les combats aux combos multiples et bien péchus, ou encore la progession linéaire et sans oublier que comme Kratos, Starkiller utilise deux armes blanches en même temps, tout fait penser au hit de Sony Santa Monica. Ce qui n’est pas pour déplaire, puisque The Force Unleashed 2 s’annonce un cran au dessus de son grand frère.

Le gameplay est bien plus nerveux tout en étant plus simple d’utilisation que dans le premier épisode. En quelques minutes de jeu on sait comment utiliser la plupart des pouvoirs et on arrive à sortir de belles suites de combos bien dévastateurs. Bien que souffrant de quelques ralentissements, la version preview nous a dévoilé un jeu déjà bien équilibré et distrayant, et nul doute que ce Force Unleashed deuxième du nom sera un excellent soft pour peu que vous aimiez les jeux d’actions, ou que vous adoriez l’univers de Georges Lucas.

Source : Excessif

Sony Online Entertainment annonce aujourd’hui que la sortie de son MMORPG Star Wars : Clone Wars Adventures coïncidera avec celle de la troisième saison de la série animée Star Wars : The Clone Wars dont il s’inspire, le 17 septembre prochain aux USA. Rappelons que ce jeu gratuit (avec item shop) vous permettra d’évoluer librement dans un monde aux couleurs de Star Wars, constitué d’une multitude de petites zones reliées entre elles, et de pratiquer tout un tas d’activités et de mini-jeux en ligne avec vos amis (duels de sabres laser, courses de speeder, tower defense…).

Publicités
Cet article a été publié dans Jeux Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s