Lara Croft and the Guardian of Light – XBox360

Histoire de faire patienter les fans de Tomb Raider entre deux épisodes, Eidos lâche un peu la bride de sa pitchounette anglaise. Loin d’être un sous-produit vite développé vite rentabilisé, Lara Croft and the Guardian of Light se montre incroyablement immersif grâce à une réalisation haut de gamme et un gameplay parfaitement huilé. Chronique d’un certain renouveau basé sur plusieurs valeurs sûres.

Graphismes 17/20
Bien qu’on puisse regretter que la caméra soit un peu lointaine, le titre profite d’un design magnifique renforcé par des jeux d’éclairages maîtrisés. De plus, si l’ensemble du soft affiche une certaine homogénéité environnementale, Crystal Dynamics a alterné niveaux en intérieur et en extérieur afin de mieux faire passer la pilule. Autant dire que la formule est convaincante d’autant qu’on appréciera également un bestiaire conséquent à même de nous donner du fil à retordre.
Jouabilité 16/20
Le temps d’adaptation nécessaire pour dompter la maniabilité du jeu ne devrait pas excéder une demi-heure. Passé ce délai, vous pourrez alors viser sans aucun problème et utiliser tous les mouvements à disposition, la plupart étant hérités des Tomb Raider de Crystal. L’autre point positif, outre un léger aspect customisation lié aux reliques à dénicher, vient du fait de la complémentarité entre les modes solo et coop. Il faut en effet savoir qu’en fonction de l’aventure choisie, les énigmes ne se résoudront pas de la même façon, le mode deux joueurs n’omettant jamais de mettre en avant les spécificités de Lara et Totec. Une excellente idée.
Durée de vie 15/20
Comme précisé plus avant, les modes solo et coop disposent d’énigmes quelque peu différentes. Un bon moyen pour rallonger la durée de vie pouvant aussi compter sur les 14 niveaux proposés. Si la longévité de ces derniers est très fluctuante (de 10 à 40 minutes), les détrousseurs de tombes pourront y passer beaucoup plus de temps pour dénicher la totalité des items.
Bande son 16/20
La bande-son de Lara Croft and the Guardian of Light renoue avec celles des derniers Tomb Raider en date. Passant allégrement de titres symphoniques à quelques morceaux plus «New World», l’ambiance sonore s’avère délectable d’autant qu’elle dispose à nouveau de la prestation de Françoise Cadol et des bruitages de ses aïeuls.
Scénario 6/20
Peu évolué, le scénario nous compte la réapparition d’un démon que Lara et son poto Totec vont devoir ramener dans la tombe de laquelle il n’aurait jamais dû sortir.

Note Générale 17/20
Lara Croft and the Guardian of Light est une excellente surprise qui devrait ravir les fans tout en faisant du gringue à un public plus large. Si la vue en 3D isométrique était un pari loin d’être gagné, surtout pour un jeu avec des phases de plates-formes, Crystal Dynamics s’est une fois de plus montré à la hauteur. Beau comme un camion, maniable, profitant d’une bonne complémentarité entre les modes solo et coop, ce Lara Croft prouve à qui de droit que la lady britannique évolue avec son temps. Au final, si ce spin-off peut s’avérer déroutant dans l’orientation choisie, on espère qu’il marquera le début d’une grande aventure à la croisée du hack’n slash et du jeu de plates-formes/action.

Lire le test complet : JeuxVidéo.com

Publicités
Cet article a été publié dans Jeux Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s