Call of Duty Black Ops : premières impressions

C’est dans un palace parisien que Josh Olin, community manager de Treyarch est venu présenter le dernier opus de la série des Call Of Duty. Et voici notre avis.

Trois niveaux solo nous ont été montrés. Le premier d’entre eux, se nomme WMD (armes de destruction massive) se déroule dans l’environnement montagneux de l’Oural et consiste à l’approche d’une base de construction d’armement. Le second niveau prend place dans le Vietnam de 1968, axé infiltration il nous emmène dans des tunnels vietcong avant de finir par un assaut complet d’une base ennemie. La dernière séquence montrée mettait le joueur aux commandes d’un hélicoptère de combat Hind dans la jungle du Laos. Pour une fois tout de même ce passage ne sera pas un rail shooter, on devra piloter nous même l’hélicoptère (même si il faut l’avouer, la taille de la carte, limite quand même cette liberté).

Ce qui ressort de cette présentation c’est que Treyarch n’a pas décidé de réinventer le genre, Black Ops reste un FPS ultra scripté aux forts accents cinématographiques. Ca tire et ça explose de partout, on doit de temps en temps se cacher et patienter un peu. Que du classique donc. Mais le changement d’époque (et de théâtre d’opération) est tout de même bénéfique, dire que l’on saturait un peu du moyen orient et la seconde guerre mondiale est un euphémisme. Les territoires sur lesquels s’aventure le joueur sont encore relativement vierges (d’un point de vue vidéo-ludique) et on peut espérer que les développeurs se seront un peu lâchés concernant les missions.

Peu d’information en revanche pour ce qui est du multijoueur, tout au plus sait-on que les serveurs dédiés et le support des mods referont leur apparition, tout du moins sur PC. Le multijoueur devrait être tout de même plus travaillé que dans World At War puisque c’est une équipe dédiée qui s’en est occupée en parallèle du mode solo.

Pas de révolution en vue donc pour Call of Duty mais un changement d’époque plutôt agréable, on attendra d’avoir une version finale pour se faire un avis définitif mais il semblerait que Teryarch ait repris tout ce qui faisait le succès de la série. Reste donc à voir si ils ont réussi à en éliminer les défauts au passage.

Source : Excessif
Lien : JeuxVidéo.com

Josh Olin, community manager de Treyarch présentait hier Call of Duty : Black Ops à Paris. L’occasion pour nous de lui poser quelques questions…

Excessif : Qu’est ce qui a changé dans votre façon de faire le jeu, vous êtes-vous concentré plus sur le multi ou le mode solo ?
Josh Olin : En fait on s’est concentré de manière égale sur les deux parties. En 2008 on a travaillé sur CDO : World at War mais aussi James Bond Quantum of Solace et Spider Man : Web of Shadows. Le studio était divisé sur 3 projets, a l’époque on avait du faire le multi après avoir fini le mode solo … Cette fois-ci tout le studio travaille uniquement sur Black Ops, depuis le premier jour nous avons donc une équipe uniquement dédiée au jeu solo. De la même manière nous avons une équipe pour le multijoueur et une autre pour le mode coopératif. Donc les trois modes reçoivent une attention égale.

Excessif : Combien de gens travaillent sur COD : Black Ops ?
Josh Olin : Plus de 250 personnes, nous sommes un gros studio, c’est un gros projet, le plus important que l’on ait eu à Treyarch …

Excessif : Pourquoi la guerre froide ? C’est une époque peu utilisée par les jeux vidéo…
Josh Olin : C’est une des raisons pour laquelle nous l’avons choisie, parce qu’elle n’a que très peu été couverte en générale et jamais dans un Call of Duty. C’était une bonne opportunité pour nous de créer un maître étalon, de dire “c’est ça qu’un jeu sur la guerre froide devrait être”. Ca nous a aussi donné beaucoup de variété. On avait déjà fait la seconde guerre mondiale et la guerre moderne, changer nous donne beaucoup plus de choix. C’était un conflit réel qui nous a permis de choisir quasiment n’importe quelle partie du monde. De plus le coté black ops, opérations non officielles nous a permis de créer pas mal de mécanismes de gameplay inédits. Ca nous a ouvert la porte de la créativité.

Excessif : A t- il été difficile de trouver des informations sur la période ?
Josh Olin : On rencontre toujours des difficultés mais cette fois-ci ça a été plus facile que d’habitude. On avait tellement de sources d’inspiration, c’est une longue et riche période de temps. Le challenge n’a pas été de trouver des choses a mettre dans le jeu mais plutôt de choisir lesquelles inclure ! Notre conseiller militaire est un ancien du SOG et du Vietnam, il nous a décrit des missions auxquelles il a participé, donné des anecdotes de première main …

Excessif : Quelles années sont couvertes par le jeu ? Certaines missions se déroulent en 1968 ?
Josh Olin : Une grande partie se déroule dans la fin des années 60, mais le jeu s’étale sur plusieurs décades, on ne veut pas vous dire quand le jeu commence et finit, on ne veut pas vous spoiler la campagne solo.

Excessif : Quid du multijoueur ? Les joueurs CP auront-il droit a des serveurs dédiés ?
Josh Olin : Oui, ils auront le choix entre des serveurs dédiés et le matchmaking via les serveurs officiels. Nous en dévoilerons beaucoup plus sur le multijoueur le premier septembre !

Excessif : Des DLC  (contenu téléchargeable) ou des map packs de prévu ?
Josh Olin : On a rien de prévu pour le moment, on se concentre sur la finition du jeu, ça reste néanmoins un Call of Duty, il y aura très probablement des DLC mais rien de planifié pour l’instant.

Publicités
Cet article a été publié dans Jeux Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s