Polémique : la mosquée de Ground Zero

À la veille de la commémoration des attentats du 11 septembre, les tensions persistent entre ceux qui soutiennent le projet de construction d’une mosquée à proximité de Ground Zero, et ceux qui sont contre. Comme ce pasteur américain, qui menace de brûler samedi des exemplaires du Coran. Cet autodafé à été dénoncé dans le monde entier.

L’origine du conflit se situe au 51 Park Place, dans le bas de Manhattan, à 200 mètres du site des attentats du 11 septembre 2001. En effet, il est prévu de construire, à cet endroit clé, une mosquée, un bâtiment de treize étages, qui va abriter une salle de prières, mais aussi un théâtre, des restaurants et une piscine. Ce projet choque certains parce qu’il se situerait à proximité des tours jumelles, qui ont été détruites lors des attentats du 11 septembre. Cet attentat avait été revendiqué par Al Qaïda, un groupe terroriste islamiste. Pour les opposants au projet, construire un lieu de culte musulman à cet endroit est déplacé, car il ne respecte pas la mémoire des personnes qui ont péri.

À l’inverse, ceux qui sont pour reprochent à ces derniers de ne pas savoir faire la différence entre musulmans et terroristes. Une vérité qui n’est pas comprise par tout le monde. Après les attentats du 11 septembre, seulement parce qu’ils étaient originaires de pays musulmans, des milliers d’hommes avaient été arrêtés, puis relâchés. Aujourd’hui, encore, les musulmans sont expulsés d’un avion parce qu’ils représentent un risque. Récemment, dans une mosquée de New York, un homme a fait irruption en criant « Terroristes ! ».

Le pasteur Terry Jones, chef d’un groupe chrétien intégriste, est allé encore plus loin dans la provocation. Il a, en effet, menacé de brûler le Coran, le livre sacré des musulmans, lors des cérémonies de commémorations qui auront lieu samedi. Cet autodafé a été dénoncé dans le monde entier.

Le mot « autodafé » vient du portugais et de l’espagnol, « auto da fé » qui veut dire « acte de foi ». L’autodafé était un châtiment prononcé, durant l’Inquisition, en Espagne et dans l’Empire espagnol, par un tribunal mis en place par l’Église catholique, pour condamner et punir par le feu, les hérétiques, c’est-à-dire les personnes qui défendaient une opinion religieuse différente de celle de l’Église catholique. Par extension, un autodafé, c’est la destruction par le feu d’un objet que l’on condamne.

Source : 1Jour1Actu

Publicités
Cet article a été publié dans Culture générale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s